Tatouage, piercing et scarification

Tatouage, piercing et scarification

4 juin 2018

Anodin ou pas anodin ?

Se faire tatouer… cela semble banal… c’est la mode et tout le monde le fait !

Détrompez-vous ! Toucher et modifier son corps n’est en rien un acte banal surtout qu’il s’agit d’un acte quasi irréversible. Vous avez réfléchi à l’endroit sur lequel vous voulez le faire ainsi que le motif que vous allez faire tatouer ou le bijou que vous allez faire poser alors Unimutuelles, votre complémentaire santé, vous met en garde sur le choix de votre prestataire et des réactions possibles de votre corps. A lire pour faire le bon choix pour vous et votre santé.

Toutes les techniques évoluant, le piercing microdermal ou microdermique est né aux Etats-Unis en 2000. C’est l’évolution du micro piercing. S’il diminue considérablement le taux de rejet, il n’en reste pas moins un acte qui peut entraîner une infection s’il n’est pas posé dans les règles de l’art ou si vous décidez de l’enlever et de le remettre par vous-même. Une pose légèrement de travers et c’est l’infection assurée. Veillez aussi au métal de votre piercing car vous pouvez être allergique à certains composants tels que le nickel. Si vous avez un terrain propice aux allergies, achetez directement un bijou en or plutôt qu’un alliage.

 

Faites le bon choix du tatoueur et du pierceur

Votre réalisation doit impérativement être faite par un professionnel qui maîtrise parfaitement le protocole d’hygiène. Assurez-vous que :

  • Les aiguilles sont à usage unique et conditionnées dans des emballages stérilisés.
  • Les buses sont stérilisées.
  • Le tatoueur porte des gants de chirurgie à usage unique pour travailler sur vous.
  • Cette vérification vous évitera bien des désagréments de contamination avec des porteurs de maladies telles que l’hépatite ou le sida qui seront passés avant vous. C’est le principal risque même s’il a tendance à diminuer.
  • Si vous êtes prédisposé(e) aux allergies, méfiez-vous des réactions aux sels métalliques utilisés dans la confection des pigments.
  • On estime, au regard de quelques maigres travaux scientifiques, que 10 à 20% des piercings se compliqueraient d’une infection contractée au cours du geste de piercing ou après l’intervention.

 

Faites le bon choix de l’emplacement sur votre corps

  • Certaines zones sont plus sensibles que d’autres notamment là où il y a peu de chair et où l’os est à fleur de peau comme les chevilles, les poignets ou encore le bas du dos. Si vous êtes sensible à la douleur évitez ces zones fragiles.
  • Considérez également la visibilité de votre chef d’œuvre. Voulez-vous qu’il soit visible de tous ou, a contrario, voulez-vous n’en faire profiter que quelques personnes de votre intimité ? Méfiez-vous également des effets de mode et des milieux dans lesquels vous évoluez. Par exemple, se présenter tout tatoué ou piercé pour des postes en contact avec la clientèle vous mettra probablement dans la pile des recalés.
  • Avant de passer à l’acte, faites une projection dans le futur : votre corps va changer avec l’âge, la prise de poids, les grossesses pour les femmes, et votre chef d’œuvre pourrait virer au cauchemar. Ainsi tel un bouquet qui se fane, votre tatouage pourra au fil des années piquer du nez, se flétrir et se déformer sous l’effet du vieillissement de votre peau. Soyez donc conscient que le détatouage reste aléatoire et laissera obligatoirement des traces sur l’emplacement que vous aviez choisi de nombreuses années auparavant. Quelle que soit la méthode utilisée pour le détatouage (scalpel, dermabrasion ou laser) il vous restera un souvenir indélébile par le biais de la cicatrice. Il existe aussi des méthodes plus douces et moins douloureuses mais plus longues et contraignantes avec la crème anti-tatouage. De plus ces crèmes sont garanties uniquement sur les encres professionnelles. Pour ôter votre piercing, c’est un peu moins compliqué. Si vous souhaitez le remettre plus tard, ne restez pas trop longtemps sans le remettre : le canal peut se reboucher.

 

Les contre-indications

  • Les personnes atteintes d’hémophilie, du sida, de l’hépatite B et C, ou encore les personnes allergiques aux encres et pigments, intolérantes à certaines matières utilisées dans le tatouage ou à certains métaux ;
  • Le tatouage n’est pas recommandé aux femmes enceintes, car il ne tient pas bien (peau distendue, puis retendue qui altère le motif) 
  • Attention : tatouage et piercing sont interdits aux mineurs sans l’autorisation parentale. Il est de toute façon préférable d’attendre la fin de la croissance ;
  • A proscrire : les anesthésiques locaux qui augmentent la sensibilité de la zone une fois l’effet de l’endolorissement dissipé ;
  • Les piercings génitaux sont les plus difficiles à réaliser : une fois sur deux, l’objet est rejeté par le corps. A propos de rejet, il est très difficile de prévoir comment le corps réagit en présence d’objets ou de pigments et encres ;
  • Des réactions allergiques sont toujours à craindre (inflammation, sensation de chaleur). Elles sont dues aux sels métalliques utilisés dans la confection des pigments. Grâce aux substances anti-allergéniques, les allergies se font cependant aujourd’hui beaucoup plus rares.

 

Les 9 règles d’hygiène à respecter pour votre tatouage ou piercing

  1. Pas d’exposition au soleil ni de bains avant la cicatrisation complète. Ne faites pas faire votre tatouage si vous savez que vous allez exposer la partie tatouée au soleil dans le mois à venir. La cicatrisation dépend en partie de la solidification des tissus cellulaires dans des conditions d’hygiène irréprochable. Elle dure 3 semaines minimum.
  2. Conservez le pansement d’un tatouage durant environ trois heures – pansement qui devra être renouvelé plusieurs fois par jour pendant une semaine pour maintenir une bonne hydratation de l’épiderme.
  3. Nettoyez avec un savon doux ou une solution antiseptique (pas d’alcool ni aucune solution qui creuse la peau), puis rincez la plaie ou le tracé piqué
  4. Enfin, appliquez, pour la peau tatouée, une fine couche d’un onguent en massant légèrement.
  5. Pour la peau percée, privilégiez le sérum physiologique et nettoyez avec un savon (Cytéal) ou appliquez une lotion antiseptique (Diaseptyl).
  6. Répétez l’opération plusieurs fois par jour en diminuant la fréquence jusqu’à complète cicatrisation.
  7. Maintenez la peau dans des conditions d’hygiène parfaite : elle doit être aérée, ni trop sèche ni trop grasse. Prenez garde de ne pas laisser s’infecter la cicatrice en laissant des agents infectieux s’introduire dans la plaie : poussière, vêtements souillés, tissus irritants…
  8. Ne pas gratter ni retirer les peaux qui se forment sur le tatouage : elles se détacheront d’elles-mêmes
  9. Pour le piercing de la langue, des bains de bouche, des applications de glace et une nourriture non épicée sont recommandés ; pour celui du nombril, pas de port de ceinture, éviter d’être serré(e) à la taille. Enfin, évitez tout frottement et rapports rapprochés pendant la période de consolidation : le piercing reste très fragile pendant une semaine et demie.

Proche de votre santé

LA SANTÉ POUR TOUS

Fidèle aux valeurs de la mutualité, UNIMUTUELLES vise à donner accès à la meilleure santé pour tous, quelques soient son âge, son handicap ou ses revenus.

> en savoir plus

ACTUS ET CONSEILS SANTÉ

Les meilleurs soins de santé passent par la prévention. Retrouvez sur notre blog tous nos conseils santé, tous les services offerts par notre partenaire SANTECLAIR et nos dernières actualités.

> en savoir plus

NOTRE ENGAGEMENT LOCAL

Historiquement implanté dans la région Bretagne, UNIMUTUELLES s’engage activement pour participer à la vie associative et économique locale et la soutenir

> en savoir plus